LE CHOEUR

 

 

 

Né à Goutelas, en 1962, de quelques amis aimant le chant choral, l’Ensemble Vocal Renaissance est à coup sûr l’une des plus anciennes sociétés musicales de Montbrison.

Le groupe s’est développé au fil des années, passant des 8 participants de ses débuts à une quarantaine de choristes, plus ou moins suivant les saisons. Il a pris le nom d’ « Ensemble Vocal Renaissance » lors de sa déclaration officielle en sous-préfecture le 28 Septembre 1972.

Charles Barthélemy a présidé à ses destinées durant plus de quarante années. Il a emmené ses choristes, entre autres lieux, à Tours, Le Dorat, Chambéry, Cavaillon, Montpellier, Les Avesnières, la Motte de Galaure, Bourg en Bresse, Lyon, St Etienne, Charlieuou plus près, Pommiers en Forez, St Victor sur Loire, Champdieu, Boën, Ambert… et bien sûr Montbrison

Le programme de l’Ensemble Vocal a toujours été orienté sur la musique classique. Les quelques oeuvres citées ci-après en sont la preuve: Te Deum et Messes de Mozart, Messes de Haydn, Palestrina, de nombreuses cantates, Passion selon St Jean de J.S. Bach, Livre Vermeil de Montserrat, Orphée de Gluck, Lamento d’Ariane de Monteverdi, Alleluia de Haendel, Magnificat de Didier Leschenet, Requiem de Fauré, etc…

Si lors de ses premières années, l’Ensemble Vocal a été hébergé pour ses répétitions au domicile du chef, rapidement, la mairie de Montbrison a mis à sa disposition les salles de l’Hôtel de Ville : salle Emile Frot, salle des Réunions, et même salle du Conseil Municipal !

Puis, bien évidemment, dès son ouverture, le Centre Musical Pierre Boulez est devenu « sa maison ». Son nom figure d’ailleurs sur la plaque récapitulative des utilisateurs apposée sur la façade de cet équipement municipal.

Lorsque Charles Barthélemy a « passé la main » en septembre 2004, c’est une jeune chef professionnelle qui en a pris la direction.

Cécile Bouchet a su insuffler une nouvelle jeunesse à l’Ensemble Vocal et lui redonner un dynamisme certain. Son professionnalisme, sa maîtrise remarquable de la direction de choeur, avaient permis de monter notamment, une oeuvre difficile donnée lors de plusieurs concerts : Les Ariettes oubliées de Paul Verlaine, musique de Julien Joubert.

En septembre 2007, Cécile Bouchet, appelée à d’autres fonctions, a dû abandonner la direction de l’Ensemble Vocal.

S’en est suivie une année de « transition », faute d’avoir pu trouver un chef de choeur susceptible de reconduire l’Ensemble Vocal dans son orientation « classique ».

Le choeur n’a dû sa survie qu’à la bonne volonté d’une choriste : Marie-Christine Brosse qui a bien voulu encadrer l’Ensemble jusqu’à ce que, en septembre 2009, un chef professionnel de haut niveau vienne présider à ses destinées : Florent Mathevet.

Des concerts prestigieux ont déjà été donnés sous sa direction : citons les tous derniers : Messe n°2 en G Majeur de Franz Schubert, les Funérailles de la Reine Mary de Henry Purcell, Messe de St François d’Assise d’Emile Paladilhe, cette dernière en quasi interprétation inédite.

 

Les commentaires sont fermés.